Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

    Vendre c'est facile. Du bagout, une belle démonstration scientifique ou une belle remise peuvent déclencher facilement l'acte d'achat.

Bien vendre et respecter ses clients pour les fidéliser et les satisfaire est nettement plus difficile. Sur le long terme c'est tout de même la chose la plus précieuse qui est en jeu. La réputation, le bouche à oreille comme on dit.

Avec internet, il est devenu facile d'acheter et de se tromper. On peut renvoyer si ça ne va pas à l'essayage, on croit payer moins cher parce qu'on ne prend même plus le temps de passer voir en boutique les offres ou les fins de séries qu'on y trouve.

Dans le running la constatation est la même. Le gateau est énorme. La lutte est terrible entre les grandes surfaces, les sites web qui se contentent de coller des textes et des références. Malheureusement quand on se trompe de modèle c'est parfois au bout des quelques dizaines de kms et c'est au risque de se blesser ou de devoir racheter une autre paire très vite.

Ce n'est pas une simple question de prix! Les clients sont parfois surpris que je leur déconseille la paire de gel kayano ou wave nirvana qu'ils trouvent si magnifique contre une simple Pulse à 69 euros. Ce modèle en fin de séries 50% moins cher mais un coureur léger et universel est bien mieux dans la gel-pulse que la célèbre Kayano. Ce n'est pas le prix de la chaussure qui fait sa qualité, c'est qu'elle soit la plus adaptée au coureur.

       Certains podologues pensant bien faire guident leurs clients avec un catalogue de grandes surfaces. Ces catalogues sont incomplets. Ils parlent de stabilité à la place de renfort anti-pronation et le plus souvent, on lit que les chaussures sont pour tous poids et toutes distances !? C'est plus facile, de faire croire qu'une paire est bonne pour tout le monde!!  La densité de la semelle est primordiale pour le confort et l'amorti du coureur. A chaque poids et façon de courir correspond un type de densité.


     Il ne suffit pas d'avoir essayé une paire pour glorifier ou dénigrer tout une marque. Des coureurs viennent parfois pour essayer la même que leur collègue car il était bien dedans, et à l'inverse, d'autres refusent un bon modêle alors qu'ils ont eu une mauvaise expérience avec un modèle inadapté de la même marque.
      Il suffit parfois de vous faire courir sur un tapis avec caméra à l'appui pour vous prouver que vous avez besoin de la plus chère. La course n'est pourant pas la même quelques secondes sur le tapis, surtout quand on se sent observé.

    veilles-pompes.JPG

C'est pourtant la chose la plus importante pour un coureur. La répétition des chocs et des pressions, sont sources rapides de blessures quand on n'est pas correctement chaussé. Tout le monde connait les différences de sensations entre différents sols. Trop dur, ou trop mou et la fatigue voir les crampes arrivent plus vite. C'est la même chose avec les chaussures.

alors que faut-il faire?

La meilleure idée est "biensûr" de venir chez moi, mais comme je ne pourrais pas servir tout le monde, l'idéal quand on le peut c'est d'aller chez un bon spécialiste (bouche à oreille) avec vos chaussures de running. Si vous avez plusieurs paires prennez-les. Avec ses différentes questions et l'usure des chaussures, il pourra vous conseiller. Il vous fera essayer la paire devant le magasin pour vérifier votre foulée et le confort du produit.

     Question prix, il y a souvent des surprises. Si vous faites moins de 75 kg (60 pour une femme), les meilleurs produits sont loin d'être les plus chers (80 à 120 euros pour une excellente paire). Les produits les plus chers sont généralement réservés aux coureurs lourds, car ils ont plus de renforts et une densité plus importante. Désolé pour les plus lourds mais pour une bonne paire, les prix sont plus onéreux (120 à 140 euros).

Enfin pour ceux qui sont loin de tout et qui veulent commander sur le net. Ils voient en général des dessins d'explications, universel-pronateur-supinateur... Le problême c'est qu'on ne peut déterminer sa foulée qu'en prenant en compte tous les paramètres qui interviennent pendant la course. Fatigue, renforts et axe de la chaussure que vous utilisez. Si je reviens à mon exemple entre la kayano et la pulse. Le coureur léger universel qui choisi le modèle le plus cher et le plus conseillé sur les forums aura tout simplement l'impression d'être supinateur et risque un syndrome connu de beaucoup de coureurs, celui dit de l'essui-glace.

Attention, l'usure du talon à l'extérieur ne signifie en aucun cas que vous êtes supinateur. A l'inversement l'usure médiane sous l'avant de la chaussure ne prouve pas que vous êtes universel. C'est difficile à expliquer mais on parle d'un axe de course pas d'un unique point de passage.
 

Il y a de très nombreux paramêtres à prendre en compte et en plus la foulée évolue avec la pratique et les années. Gagner ou perdre de la tonicité change ces paramêtres. Il faut donc faire attention de prendre un peu de temps et parfois faire quelques km pour être bien chaussé et continuer à courir le plus longtemps possible. 

 

Eric
Top Performance
Laventie