Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Top Performance

un Marathon pour repousser ses limites

9 Avril 2014 , Rédigé par Top perf Publié dans #évènements, #entrainement

Que se passe-t-il dans la tête des gens qui, comme moi, n'ont jamais aimé courir, n'ont pas forcément le morphotype du coureur mais qui se lancent par centaines le même défi?

Le Marathon est un mythe. Il permet à des gens normaux de réussir quelque chose de grand. Courir c'est simple pour qui est en bonne santé. Mais préparer un Marathon pour arriver sans grosse blessure c'est faire preuve de courage et de force de caractère.

Il faut avant tout se prouver à soi-même qu'on en est capable puis montrer aux autres qu'on ne lachera rien.

Ce n'était pas gagné d'avance. Quand je me suis lancé ce défi, j'étais capable de courir 5 km sans marcher. Et 5 km pour un lanceur de 130 kg je trouvais ça déjà honorable. Mais depuis plus de 15 ans que je conseille des coureurs pour leurs chaussures, leur diététique, le gainage et même parfois leur programme, il fallait bien que le virus me touche.

Le déclic a sans doute été une discussion avec Lulu. Elle avait ce même défi dans la tête et globalement le même niveau de départ. Alors à 2 tout devient possible. Au même moment mon ami Franck d'Asics me répond qu'il lui reste un dossard pour Paris...

Première sortie 5 fois 3 km avec 250 m de marche pour récupérer. L'objectif est alors de faire 2 à 3 sorties par semaines dont une grosse toutes les 3 semaines pour habituer le corps progressivement. Le 19 décembre on passe donc à 6 x 3km, nouveau record de distance pour nous. Après les fêtes et la fatigue des soldes la sortie du 9/01 a été plus compliquée. 18 km au total mais impossible de tenir les 3 kms à chaque fois. Le 30 janvier 25 km dont 20 sans marcher, ça commence à venir. On se motive à 2 et ça passe très bien. Pourtant je sents que le genou fatigue et je ne peux plus accélérer sans qu'il ne se bloque. Je sents également que les ischios et les mollets accumulent les contractures et ne récupèrent plus malgré les étirements. Je lève donc le pied pendant 2 semaines, mais le 25 février c'est la cata. Une grosse décharge au genou gauche en fin de séance. Inutile d'aller voir un doc, il va me dire d'arréter. Je prends donc 2 semaines de repos complet. C'est le pire moment, celui où il faudrait accumuler les kms mais le repos est indispensable. Petite cure pour nettoyer mon foie et 3 séances de médecine chinoise avec Maxime pour libérer les tensions. C'est surprenant mais ça fonctionne bien. Le beau temps revient lulu est toujours en forme et je décide alors de combler mon retard avec le vélo. Moins de chocs et j'en faisais déjà pas mal, donc ça va me permettre de me refaire une caisse sans trop solliciter le genou. Il reste alors moins d'un mois avant le jour J. Le moment de se reprendre à fond pour garder 2 semaines plus calmes et éviter de prendre le départ creuvé. Du 10 au 20 mars ce sera donc 1 heure minimum de vélo par jour et 5 sorties CAP dont une de 21 (4x 5 km+250m) en plein brouillard le long du canal. J'ai arrêté tous les renforcements et gainages depuis ma blessure pour ne pas surfatiguer mon corps. Les contractures sont toujours là mais peu douloureuses pendant l'effort. Le genou tient, et c'est suffisant.

Il reste 2 semaines de calme avant le mur. L'occasion de reprendre les 2 misérables kg perdus pendant la préparation. Les courbatures s'effacent et le corps se prépare à souffrir. Je m'attends au pire. Les rares personnes qui savent n'y croient pas. Soit ils éclatent de rire soient ils font une prière pour moi. Pourtant je ne doute pas, je l'ai dans la tête et les jambes suivront. D'après les dernières séances on espère faire 5h30 à 5h45. C'est pas vraiment de la course mais vu le niveau de départ ce sera très bien. Il faut mettre moins de 6 h pour avoir la médaille. C'est le seul vrai objectif, finir dans les temps.

Les Champs Elysées sont là, Lulu est stressée mais tout va bien. Difficile de tenir le tempo, ça descend, tout le monde court vite et on se laisse un peu emporter. Le 2e km a été pour moi le plus stressant. J'avais mal partout. Pas d'échauffement pour nous économiser mais on est parti avec le dernier paquet en 6'30 au premier km. Il était temps de revenir sur terre et de les laisser partir. 5 km en 36 min, premier ravitaillement bien mérité. A partir de là c'est au feeling, pour aller au bout.

5h41'31 pas de quoi rentrer dans le Guiness mais largement de quoi être fier. Bravo Lulu et merci d'avoir partagé cette belle aventure

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

meilleur-trampoline 22/10/2014 17:11

Un défi qui a tout pour être honorable, je vous félicite ! Moi aussi je réfléchis sur ce genre de défi et je dois dire que c'est motivant de lire des récits comme le votre. Encore bravo !

Eric 22/10/2014 17:23

merci. Si vous l'avez dans la tête c'est que vous devez le faire... Bon courage

Abdel 06/05/2014 19:16

Que dire de plus ..... félicitation .... Bravo ..... Un défi à deux c'est plus sympas quand même .

mitch 15/04/2014 21:14

encore une fois mille fois bravo, je savais et toi aussi que t'allais en ch.......mais je t'ai vu une semaine avant dans ton super petit magasin n, et j'ai bien vu vu dans ton regard la détermination , qui à pris sur l'inqiétude !! sur ce super defi.
ça y'est quelque soit le chrono, t'es devenu marathonien !!
toute l'équipe du JCH et moi te dis bravo !!
Mitch

Eric 15/04/2014 21:28

Merci Mitch,
je sais ce que ça veut dire préparer et finir un marathon, mais je suis et reste un lanceur. Quand il y a un défi ou un match je ne renonce pas facilement.
Merci pour les conseils et d'avoir caché jusqu'au bout que tu n'y croyais pas beaucoup.
je vais pouvoir me déguiser en finisher à la chérie-chéri
à bientôt

simon 14/04/2014 17:00

Bravo Eric, le principal c'était de terminer, mission accomplie, félicitations. Simon "FouléesSainghinoises"

Eric 14/04/2014 21:37

merci.